>Mon Pays de Liège !

                 

 Liège, c'est plus qu'une ville, c'est une vie, mais elle doit choisir de vivre !

 

Le Pays de Liège, c'est bien sûr le Palais des Princes Évêques, la cathédrale St-Paul, ses églises, ses mosquées, sa synagogue, le quartier festif nocturne du Carré, l'opéra, l'orchestre philharmonique, la Boverie, le musé d'art contemporain et son parc, le Théâtre de Liège, ses compagnies, les salles d'exposition, les nombreux cinémas, pas chers, les rives nonchalantes de la Meuse, l'ambiance chaleureuse et incomparable des terrasses, tavernes et restaurants, mais c'est aussi l'arrière-pays, le bocage du Pays de Herve, les forêts ardennaises, leurs rivières, et les sublimes Hautes Fagnes, espace sauvage unique en Europe, joyau naturel et biotope exceptionnel à découvrir. Mais ces dernières années, la renaissance de la cité mosane, à laquelle nous voulons croire, a connu bien des ratés. Notre Cité ardente a perdu de sa superbe, de sa vitalité aussi, malade de ses travers. La vie s'y est comme endormie, rétrécie, cherchant sa place en Wallonie. Liège a sans doute oublié que, pour s'en sortir, elle devait retrousser ses manches, se battre, s'imposer sur la scène nationale comme à l'international et choisir à nouveau la vie. Le sillon mosan, qui chemine quelquefois jusqu'à l'inertie, devrait enfin se ressaisir.                                                                                                    

>A sa façon, la romancière, Emilie Kah, honore une tradition liégeoise !

                                                               Ci-dessus, Emilie lorsque je l'ai connue. 

                                                                        Ci-dessous, Emilie plus récemment.

                                                                                  Talentueuse et belle !                                

                                                                                                          J'ai rencontré Emilie il y a presque 17 ans. 

                                                                                                          Elle pratiquait la course à pied, chantait    

                                                                                                          avec son orgue de barbarie, gérait seule une 

                                                                                                          entreprise et écrivait. Elle a publié plusieurs

                                                                                                          romans - "Liens mortels en Pays de Serres",

                                                                                                          "Saphir bonheur", "Fenêtre sur Lot", "M. 

                                                                                                          comme Duras" et "La petite flingueuse"-

                                                                                                          récits où elle dévoile une part d'elle-même,    

                                                                                                          au travers de personnages à la fois les pieds

                                                                                                          bien ancrés dans le riche terroir du Sud-Ouest,

                                                                                                          où elle vit, et l'âme, le regard comme happés

                                                                                                          du réel par une mise à distance fascinante. Là

                                                                                                          est la vie intense de son écriture sensuelle,

                                                                                                          élégante et musicale. Sur fond d'une vision

                                                                                                          grave et solaire de l'existence, il lui arrive de

                                                                                                          s'abandonner aux exercices de style aussi  

                                                                                                          décalés que décapants. Comme ici, sans doute

                                                                                                          pour me faire plaisir, rire aussi, et je l'en

                                                                                                          remercie, car c'est le cas, avec ces boulets

                                                                                                         tout ce qu'il y a de plus liégeois. 18 mai 2018.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

 Texte à quatre voix

 

Inventez une histoire dans laquelle interviendront ces quatre personnages :

Cholestérol-le-Méchant

Bio-le-bon

Zen-le-gentil

Ecolo-l’Inquiet

Exercice sous la direction de M. Pascal Perrat.

 

 

LES BOULETS LIEGEOIS

 

Chers amis de la Haute École Charlemagne de Liège,

 

Voici venu le moment douloureux de notre réunion, celui d’évoquer le souvenir de ceux de nos camarades qui nous ont quittés durant l’année écoulée. Ils sont trois : Pierre F., dit Bio-le-Bon, Charles I., Zen-le-Gentil et Christian N., le bien-nommé Écolo-l’Inquiet. Vous avez lu les journaux, vous avez su l’affreux accident qui les a ravis à notre affection. Ils avaient festoyé ensemble chez « Lequet », quai de Maastricht, là où la Batte, le plus grand marché d’Europe, s’installe chaque dimanche depuis trois siècles. Ils étaient donc, ce jour-là, ensemble, au cœur de notre cité ardente, autant dire dans les bras chaleureux de leur mère.

Certains s’étonnent. Quand on a choisi de vivre dans la simplicité comme Zen-le-Gentil, qu’on se dit soucieux de l’avenir de notre planète comme Écolo-l’Inquiet, où qu’on ne consomme que des produits choisis comme Bio-le-Bon, on ne va pas chez « Lequet » que certains n’hésitent pas à affubler du surnom infâme de Cholestérol-le-Méchant. Ceux-là ne sont pas Liégeois ! Comment résister aux « boulets-frites » de « Lequet » ? Bon certains diront qu’il y a mieux. On sait bien que la bonne adresse pour les boulets est une quête quasi mystique chez les Liégeois ! Ce n’est pas le propos d’aujourd’hui. Encore que, moi je trouve que leur sauce lapin – pourquoi une sauce lapin je vous le demande ? Il n’y a pas de lapin dans la sauce des boulets ! Il y a tout un tas d’ingrédients, du thym, de la cassonade brune, des baies de genévrier, mais pas de lapin. Du vrai sirop de Liège pommes-poires, pas une cochonceté industrielle, ça oui ! Bref nos trois amis se sont régalés. Des frites à tomber par terre, au « blanc de bœuf », à la pure graisse, bien saturée, qu’il les fait Cholestérol-le-Méchant. Ce sont les meilleures. Mais non elles ne sont pas grasses, question de savoir-faire ! Occasionnellement… Tout juste assis chez « Lequet », Bio-le-bon, Zen-le-gentil et Écolo-l’Inquiet ont oublié toutes leurs convictions. Forcément : Liège, c’est le bien-manger. Les boulets étaient moelleux, pas secs du tout et la sauce pas trop sucrée, épaisse comme il fallait. Ils en ont redemandés et ils ont bu des gueuzes. Notez que, moi, avec les boulets, j’aime autant un beaujo un peu frais, mais il paraît que nos amis ont bu des gueuzes. Trop ? Ça m’étonnerait… Pierre, Charles et Christian étaient des hommes raisonnables. Comme tous les Liégeois, il aimait la guindaille, c’est tout ! Et de savoir qu’ils ont été fauchés tous les trois par un autobus, la panse pleine de boulets liégeois, en train de plaisanter, avec notre accent, dans notre ville, ça me console un peu. Chez nous, on ne plaisante pas avec le boulet. Alors pour nos amis, avec moi : «  Gay, gay, gay, boulet ! » 

Reçu le 18 mai 2018. 

>Je ne suis candidat à rien !

                         Une partie de l'équipe liégeoise de DéFI. En partant de la droite, deuxième, Olivier Maingain, le président.       

                        Avec les lunettes de soleil, votre serviteur. Au centre, pull bleu, François Pottié. Bras croisé, Jonathan Martin.  

DéFI Liège, via sa future tête de liste aux prochaines élections communales d'octobre, François Pottié, en présence du président, Olivier Maingain, et vice-président pour la Wallonie, Jonathan Martin, a présenté ses premières propositions en vue de rompre avec les pratiques affairistes, claniques et clientélistes des trois partis traditionnels, au premier rang desquels, personne ne s'en étonnera, le Parti socialiste liégeois, embourbé dans les scandales financiers depuis des années. La bonne gouvernance, transparence et exigence morale en sont les maîtres-mots, la participation active citoyenne, le petit commerce indépendant, en grande difficulté, accablé de taxes communales et victime de la présence massive de centres commerciaux à la périphérie, la sécurité, en fait, l'insécurité, qui se traduit par des chiffres de criminalité inquiétants, la malpropreté, omniprésente en Cité ardente, la mobilité urbaine, qui manque cruellement d'un plan d'action dynamique et visionnaire, l'enseignement, qui a un urgent besoin d'une pensée débarrassée de toute main-mise idéologique. D'autres propositions feront l'objet, comme les précédentes, de débats participatifs au sein de la section DéFI Liège. Seront abordées, les finances communales, la politique sociale et la culture. Ancien militant et collaborateur de ministres socialistes - j'ai claqué la porte du PS il y a 11 ans - j'ai décidé d'apporter mon soutien et ma modeste expérience à DéFI. Olivier Maingain, qui est un ami de plus de 30 ans, a toute ma confiance, car j'ai pu mesurer, plus d'une fois, sa fidélité à ses valeurs, son intégrité morale et sa cohérence politique. Les Bruxellois et les Wallons ont désormais le choix d'une alternative démocratique et laïque. Démocratique, car le FDF, aujourd'hui DéFI, n'a jamais dévié d'une pratique politique irréprochable. Laïque, car DéFI est le seul parti à proposer d'inscrire dans la constitution de la Belgique la laïcité. Ce n'est pas rien. De plus, sur le plan socio-économique, ce parti s'est totalement investi dans une réflexion de fond et une stratégie réformiste, sociale libérale, deux beaux mots, aujourd'hui abîmés, d'une part, par le PS et ses dérives calamiteuses, le PTB et sa démagogique populiste stalinienne, d'autre part, par le MR, désormais amnésique quant aux valeurs vraiment libérales et vendu aux nationalistes flamands de la droite extrême, de la N-VA. Pour que les choses soient claires, mon soutien à DéFI est sans arrière-pensée. Je ne suis en effet candidat à rien. J'ai d'autres activités à assumer et mes proches à ménager.

24 février 2018.

                                                                              Aux côtés de mes amis, j'ai pris la parole pour dresser le bilan de la sécurité et des chiffres  

                                                                            inquiétants de la criminalité sur le territoire de notre ville. Pour rappel, je ne suis pas candidat,

                                                                                                  juste un soutien de ma part à un parti intègre, cohérent et laïque.

>Est-ce vraiment moi qui ne tourne pas rond ?

        La Meuse liégeoise, paresseuse, que chante Jacques Brel, en son ciel bas, le port des yachts à la tombée du jour !

À l’image de cette photo, prise il y a plusieurs mois, Liège demeure une ville séduisante par certains côtés de son visage et de son patrimoine. Elle est aussi attachante par l’atmosphère qu’elle dégage; les Liégeois étant de bons vivants, ils cultivent la fête comme une tradition sacrée. Grands de gueule et généreux de cœur, ils savent recevoir le touriste, comme le passant et le migrant. Avant que de prendre quelques jours d’aération dans les Alpes bavaroises, j’ai voulu voir ma cité comme un étranger, comme si c’était la première fois que j’y flânais. Liège est sale, des déchets divers jonchent ses trottoirs, elle semble mal entretenue, ses places ne sont guère à leur avantage, aménagées souvent tristement, avec du matériel urbain et des matériaux de second rang. Ses pavés, chinois, sont de piètre qualité, véritables pièges pour les talons et les amortisseurs. Beaucoup de façades reflètent la grisaille ambiante par manque d’entretien. La mendicité est partout, du côté de l’ex-Grand-Poste, la drogue et ses seringues se baladent au vu et au su de tous. La police liégeoise, présente de-ci de-là aux heures claires, plus rarement aux moments sombres, semble dépassée par la boursouflure d’excès en tous genres qu’elle doit contenir plus que réduire. À cent mètres, l’image des prostituées rappelle une misère sociale bien réelle de la ville. Plus vers le centre, les cellules commerciales fermées et abandonnées se comptent par dizaines, voire davantage. À partir d’une certaine heure du soir et la nuit, le visage de la ville se transforme encore et laisse la place aux beuveries sans limite et à la violence. Le Carré tourne-t-il encore rond ? J’ouvre le quotidien local, « La Meuse », du 5 février, et j’y lis que Liège, qui fut jadis la plus importante ville de Wallonie, devant Charleroi, pour la première fois depuis 17 ans, a perdu 430 habitants ... Il est 20 h 20, j’attends 25 minutes un bus blafard et déchaîné avant que de pouvoir rentrer chez moi. Je me dis alors qu’il ne sera pas facile, dans ces conditions d’hygiène et d’insécurité, de faire revenir à Liège la classe moyenne et les nombreux retraités qui souhaitent se rapprocher de l’offre culturelle de qualité liégeoise, de ses petits commerces et de ses moyens de transport publics asphyxiants. Un projet d’une seule et petite ligne de tram, reporté plusieurs fois, est l’arbre malade qui cache la forêt. Secoué comme un prunier par un chauffeur de bus qui confond les rues et boulevards de la ville avec le circuit de Spa- Francorchamps, je regarde ma « Cité ardente » et je pense à son Bourgmestre, à ses Échevins sortants, PS et CDH, à sa population finalement passive, qui n’ont visiblement pas pris la mesure d’une déglingue qui ne dit pas son nom, un peu à l’image de la Wallonie, gouvernée près de 30 ans par les socialistes, et qui, malgré quelques remarquables succès économiques sectoriels, c’est vrai, s’enfonce toujours plus dans le chômage et la paupérisation d’une partie significative de ses habitants. Serait-ce pour cela que le peuple wallon s’affirme si peu et tremble si souvent devant l’avenir ? Pour couronner le tout, Liège est avilie par des scandales politico-affairistes, Publifin et Nethys en tête, dont elle se serait bien passée. Mais est-ce vraiment moi qui ne tourne plus rond ? 06 février 2018.

>Il neige sur Liège et sur une chanson bien peu inspirée !

"ll neige sur Liège", sur la Meuse paresseuse que chante Jacques Brel, bien peu inspiré dans cette chanson par une ville qu'il a pourtant aimée et beaucoup fréquentée dans sa jeunesse. Nos amis flamands y seraient-ils plus sensibles, eux qui se sont vus gratifier de deux trésors de la chanson française, "Le Plat pays" et "Entre Bruges et Gand" ? Evitons ce qui fâche, "Les Flamandes", mal comprise, et surtout "Les Flamingants", qui a failli étrangler de colère la Flandre tout entière et qui subit depuis la censure. 06 février 2018.

>Si les images ne flattent que l'égo, il y a échec !

 CEUX DE LIÈGE

 

Dût la guerre mortelle et sacrilège

Broyer notre pays de combats en combats, Jamais, sous le soleil, une âme n’oubliera
Ceux qui sont morts pour le monde, là-bas,
À Liège.
Ainsi qu’une montagne
Qui marcherait et laisserait tomber par chocs
Ses blocs,
Sur les villes et les campagnes,
S’avançait la pesante et féroce Allemagne.
Oh tragique moment !
Les gens fuyaient vers l’inconnu, éperdument Seuls, ceux de Liège résistèrent
À ce sinistre écroulement
D’hommes et d’armes sur la terre.
[...]
Que jamais troupe de guerre
Ne fut plus ferme et plus terrible sur la terre.
La ville entière s’exaltait
De vivre sous la foudre ;
L’héroïsme s’y respirait,
Comme la poudre ;
Le cœur humain s’y composait
D’une neuve substance
Et le prodige y grandissait
Chaque existence :
Tout s’y passait dans l’ordre intense et surhumain Ô vous, les hommes de demain,
Dût la guerre mortelle et sacrilège
Même nous écraser dans un dernier combat, Jamais, sous le soleil, une âme n’oubliera,
Ceux qui sont morts pour le monde, là-bas
À Liège.

« Ceux de Liège », poème d’Émile Verhaeren (1916).