>Qui suis-je ?

>Hello !

Certains, ce sont les notes d'un piano, les cordes d'une guitare, d'autres, les traits d'un crayon noir. Moi, ce sont les mots, désormais sur écran blanc. Enfant, je couchais sur le papier les élus de mon coeur, dont je pensais qu'ils pouvaient faire le bonheur de maman. Après un cursus en sciences politiques et économiques à l'université de Moscou, dont j'ai eu honte une partie de ma vie, Union soviétique oblige, puis une agrégation en français et histoire à la Haute Ecole Charlemagne de Liège , qui m'a permis, tardivement, d'enseigner et de vivre décemment, j'ai appris le métier de journaliste dans divers organes de presse de gauche, qui tous ont fait faillite. Ensuite, chômeur, expérience utile et vécue douloureusement, non pas tant par le faible revenu auquel il donne droit, mais par le regard dégradé sur soi-même. Le hasard des rencontres fait parfois bien les choses, car je n'ai jamais regretté d'avoir abusé d'une partie importante de mon temps et de ma santé comme "plume de l'ombre" de quatre ministres-présidents dans les gouvernements de Wallonie et de la Fédération Wallonie-Bruxelle. Après quoi je fus responsable des relations européennes au Centre de l'Image et du Son de Paris/Arles; responsable de la communication au sein de l'organisation internationale pan-européenne Eureka Audiovisuel, à Bruxelles; responsable géographique pour l'Afrique de l'Ouest au sein de l'agence de coopération de l'Espace International Wallonie-Bruxelles; assistant parlementaire au parlement européen; professeur de philosophie morale retraité; "nègre" dans l'édition, et, désormais, on ne se refait pas, conseiller discret de responsables politiques. Philosophiquement, je suis laïque, agnostique - Dieu n'est pas un problème, je n'en dirais pas autant des institutions religieuses - je suis franc-maçon et parfaitement à l'aise dans mon rapport au courant libéral juif.  

   A la maison, à Liège,

au chaud parmi mes proches.

                                                                    Michelle, ma chère épouse, et moi, sur le Nil.

                                          Nous n'avons pas coulé, malgré ce remake d'un classique bien connu.

                                                                                                                                                                                    Photographié par Sarah,

                                                                                                                                                              devant Beaubourg, à Paris,

                                                                                                                                                           l'innovant Centre Pompidou.                                                                                                                                           

>Le bateau ivre m'a servi de gouvernail dans les tempêtes de la vie !

Comme je descendais des Fleuves impassibles,

Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J'étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m'ont laissé descendre où je voulais.

Dans les clapotements furieux des marées,
Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,
Je courus ! Et les Péninsules démarrées
N'ont pas subi tohu-bohus plus triomphants.

La tempête a béni mes éveils maritimes.
Plus léger qu'un bouchon j'ai dansé sur les flots
Qu'on appelle rouleurs éternels de victimes,
Dix nuits, sans regretter l'oeil niais des falots !

Plus douce qu'aux enfants la chair des pommes sûres,
L'eau verte pénétra ma coque de sapin
Et des taches de vins bleus et des vomissures
Me lava, dispersant gouvernail et grappin.

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d'astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,
Plus fortes que l'alcool, plus vastes que nos lyres,
Fermentent les rousseurs amères de l'amour !

Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
L'Aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes,
Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir !

J'ai vu le soleil bas, taché d'horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets !

J'ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs,
La circulation des sèves inouïes,
Et l'éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

J'ai suivi, des mois pleins, pareille aux vacheries
Hystériques, la houle à l'assaut des récifs,
Sans songer que les pieds lumineux des Maries
Pussent forcer le mufle aux Océans poussifs !

J'ai heurté, savez-vous, d'incroyables Florides
Mêlant aux fleurs des yeux de panthères à peaux
D'hommes ! Des arcs-en-ciel tendus comme des brides
Sous l'horizon des mers, à de glauques troupeaux !

J'ai vu fermenter les marais énormes, nasses
Où pourrit dans les joncs tout un Léviathan !
Des écroulements d'eaux au milieu des bonaces,
Et les lointains vers les gouffres cataractant !

Glaciers, soleils d'argent, flots nacreux, cieux de braises !
Échouages hideux au fond des golfes bruns
Où les serpents géants dévorés des punaises
Choient, des arbres tordus, avec de noirs parfums !

J'aurais voulu montrer aux enfants ces dorades
Du flot bleu, ces poissons d'or, ces poissons chantants.
- Des écumes de fleurs ont bercé mes dérades
Et d'ineffables vents m'ont ailé par instants.

Parfois, martyr lassé des pôles et des zones,
La mer dont le sanglot faisait mon roulis doux
Montait vers moi ses fleurs d'ombre aux ventouses jaunes
Et je restais, ainsi qu'une femme à genoux...

Presque île, ballottant sur mes bords les querelles
Et les fientes d'oiseaux clabaudeurs aux yeux blonds.
Et je voguais, lorsqu'à travers mes liens frêles
Des noyés descendaient dormir, à reculons !

Or moi, bateau perdu sous les cheveux des anses,
Jeté par l'ouragan dans l'éther sans oiseau,
Moi dont les Monitors et les voiliers des Hanses
N'auraient pas repêché la carcasse ivre d'eau ;

Libre, fumant, monté de brumes violettes,
Moi qui trouais le ciel rougeoyant comme un mur
Qui porte, confiture exquise aux bons poètes,
Des lichens de soleil et des morves d'azur ;

Qui courais, taché de lunules électriques,
Planche folle, escorté des hippocampes noirs,
Quand les juillets faisaient crouler à coups de triques
Les cieux ultramarins aux ardents entonnoirs ;

Moi qui tremblais, sentant geindre à cinquante lieues
Le rut des Béhémots et les Maelstroms épais,
Fileur éternel des immobilités bleues,
Je regrette l'Europe aux anciens parapets !

J'ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fonds que tu dors et t'exiles,
Million d'oiseaux d'or, ô future Vigueur ?

Mais, vrai, j'ai trop pleuré ! Les Aubes sont navrantes. 
Toute lune est atroce et tout soleil amer :
L'âcre amour m'a gonflé de torpeurs enivrantes.
Ô que ma quille éclate ! Ô que j'aille à la mer !

Si je désire une eau d'Europe, c'est la flache
Noire et froide où vers le crépuscule embaumé
Un enfant accroupi plein de tristesse, lâche
Un bateau frêle comme un papillon de mai.

Je ne puis plus, baigné de vos langueurs, ô lames,
Enlever leur sillage aux porteurs de cotons,
Ni traverser l'orgueil des drapeaux et des flammes,
Ni nager sous les yeux horribles des pontons.

Arthur Rimbaud.

               "Les vivants sont appelés à mourir et les morts à vivre !"

                                                          Le Traité des Pères, Avot, dans la Mishna.

"Avant de porter un jugement sur le caractère ou la vie d'une personne, mettez ses chaussures, empruntez son chemin, vivez ses chagrins, ses douleurs, ses doutes, ses joies et ses fous-rires. Parcourez les années qu'elle a traversées et trébuchez là où elle est tombée. Relevez-vous ainsi qu'elle l'a fait. Et seulement là, seulement, vous pourrez la comprendre et la juger." Auteur inconnu.

>Elever Sarah fut un bonheur !

                                                           Nathalie, mon ex-épouse, et Sarah, toutes

                                                              deux rayonnantes, Bretagne, fin juillet 2017.

                                              Sarah aime la fête, jamais tant qu'avec sa bande d'amies et amis.

                                              Ici, avec Sam, copain de la Fac de médecine, deux joyeux drilles,

                                        clowns à leurs heures, jamais en manque de blagues, farces et sorties ! 

                                                       Eretz Israël fait partie des lieux préférés de Sarah.

                                             Ici, devant le Mur des lamentations, à Jérusalem, avril 2017.

                                                                Sarah, à la maison, à Bruxelles, 2013.

                                                                Sarah, à Time Square, New York, 2014

                                                        Sarah sur la place Stortorget, à Stockholm, 2015.

J'ai rencontré Nathalie, en décembre 1992, au retour d'Arles, après avoir quitté mes fonctions de responsable des relations européennes au Centre Européen de l'Image et du Son. Mon ami Henry Ingberg, Secrétaire général de l'administration de la Communauté française, avec lequel j'avais travaillé précédemment dans le Cabinet du Ministre-Président, Valmy Féaux, me proposa le poste de responsable de la Communication dans le programme pan-européen, crée à l'initiative de Jacques Attali, Eureka Audiovisuel. C'est ainsi que je débarquai avenue des Arts, à Bruxelles, au siège de cette organisation internationale. Le Directeur suédois, Karl Lindström, après avoir testé mes modestes capacités linguistiques en anglais, me présenta ma future collaboratrice. Dès l'abord, je fus impressionné par cette jeune femme belle, froide et sûre d'elle. Nous eûmes à travailler ensemble et cela se passa plutôt bien. Après quelques semaines, je m'aperçus, au détour d'une banale conversation, qu'elle vivait seule et n'avait à l'horizon aucun compagnon ou petit ami. Lorsque je m'enquis de la raison de cette solitude, qui n'avait pas l'air de l'inquiéter outre mesure, elle me répondit ceci: "Je fais peur aux hommes !". Pas en manque de répartie, car j'ai toujours su qu'avec une femme qui vous tourne la tête, il ne faut jamais manquer de répondant, je répondis donc: "Eh bien moi, tu ne me fais pas peur ...". Un peu plus tard, lors d'une réunion du staff, nous devions être sept à huit personnes autour de la table, face à Nathalie, je ne pus m'empêcher, avec un certain courage, via un petit papier que je fis circuler jusqu'à sa destinataire, de l'inviter au restaurant le samedi soir suivant. J'attendis fébrilement sa réaction. A la lecture de mes quelques mots, un sourire discret mais très perceptible me fit espérer une réponse positive. Un autre billet, replié comme un origami, circula aussitôt autour de la table de travail. Aucun de nos collègues, qui tentaient vainement de se concentrer sur l'objet sérieux de la réunion, n'avaient perdu une seconde de la scène binaire qui se jouait sous leurs yeux. Ma mine réjouie à la lecture du papier déplié en renseigna plus d'un, à commencer par celle dont j'espérais en secret depuis plusieurs semaines qu'elle devint un jour ma femme. Car oui, j'ai su très tôt que Nathalie rentrerait dans ma vie par la grande porte et que nous ferions ensemble des choses importantes. Le 24 juin 1995, je l'épousai en la mairie d'Uccle, mariage que nous avons fêté, avec les familles et les amis, au château de Presseux, non loin de Liège, propriété de mon ex-beau-frère, Stéphane Nyst. Les éclats lumineux de cette soirée magnifique ne m'ont jamais quitté. Le 5 septembre 1996, Nathalie mit au monde un magnifique bébé à l'hôpital d'Ixelles. La chose très importante que nous devions faire ensemble s'appelait Sarah, notre merveilleuse fille. Elle changea nos vies. Un an et demi plus tard, après avoir acheté une maison à Genval, dans le Brabant wallon, perdu mon travail et me retrouver au chômage, pendant que Nathalie réussissait brillamment l'examen d'entrée à la Commission européenne, je fus sous le coup d'une déprime canon, qu'on appelle plus lucidement dépression et, plus récemment, burn-out. Il faut le dire, j'eus un mal fou à gérer cet épisode de relégation. Où était l'homme fort et rassurant que Nathalie avait connu ? En six mois, notre couple se délita et mon épouse, fatiguée de retrouver chaque soir un mari démoralisé et peu coopérant, décida de divorcer. Rationnellement, je compris les raisons de cette séparation, tout en touchant le fond d'une souffrance, dont je dois reconnaître aujourd'hui, qu'elle changea  mon rapport à l'échec. L'homme conquérant que j'avais été n'était plus qu'un chômeur tourmenté. Nous dûmes vendre la villa et moi chercher désespérément un travail, que j'optins, par le fruit d'un cruel hasard, tout aussitôt le divorce entamé. Je me retrouvai en effet collaborateur d'une amie de lycée, la Ministre-Présidente, Laurette Onkelinx. Le pire moment fut le jour du déménagement. J'ai écrit quelque part un texte sur cette journée sans retour. En fait, deux déménagements. Nathalie partie avec Sarah et ses meubles, moi, avec ma détresse, seul dans la maison à moitié vide, j'attendais que mes affaires soient embarquées dans le camion. Face contre terre, sur le carrelage de la cuisine, mes larmes remplissaient les sillons cimentés. Je me remémorais le matin même de cette journée, assis, Sarah sur mes genoux, lui donnant son dernier biberon de famille unie. Une seule certitude nous habitait tous deux, l'intérêt de notre fille, dont les fous-rire résonnaient matin et soir dans nos oreilles de parents heureux. Ce devoir sacré de la protéger passait avant tout, avant nos peines réciproques, car il est aussi douloureux de quitter que d'être quitté, avant notre désir d'être heureux, nous ne l'étions plus, ni l'un ni l'autre, mais nous partagions cette foi de l'amour pour un enfant que nous avions follement désiré, accueilli et chéri. Sarah est un soleil, depuis toujours. Nous l'avons élevée, je pense, au sens propre et figuré, chacun de notre côté avec bonheur et, finalement, ensemble, du mieux que nous avons pu. Nathalie est une maman magnifique, comme elle est une personne d'exception. Je n'ai pas ses qualités, sa puissance. J'ai tenté de faire au mieux, avec des erreurs, des fautes, des manquements. Ce ne fut pas facile d'être un papa deux jours semaine, du jeudi soir au samedi soir, le reste du temps, un père éloigné et blessé de l'être, même si cet arrangement de la garde était le fruit d'un accord commun. Le plus dur, ce fut de m'avouer cette vérité: l'enfance et l'adolescence de Sarah, à concurrence de 5/7ème, se fera sans moi. Ce qui ne voulut jamais dire à mes yeux que mes 2/7ème de vie avec elle ne compteraient qu'à proportion. L'amour ne supporte pas en effet le fractionnement. Sarah a fait depuis du chemin, son chemin, un chemin tranquille, qu'on aurait dit tracé, au service de rêves bien réels qu'elle porte depuis toujours: être au monde pour en jouir pleinement, l'amitié et les voyages comptent beaucoup dans sa vie, donner de sa personne aux autres ainsi que d'exercer le beau métier de médecin. Elle est faite pour ces missions, j'en suis convaincu. Je suis fier de sa trajectoire qui signe, me semble-t-il, l'être d'exception qu'elle est. Je lui dédie ce site, comme un héritage virtuel, qu'elle pourra s'approprier pleinement avec le temps.

19 mars 2017.      

>Etre juif est un choix !

                                                                      Ces papas musulman et juif, avec leur enfant respectif, se sont rencontrés

                                                                       fortuitement à l'aéroport de Chicago lors d'une manifestation anti-Trump

                                                                              Tout est dit de ma conception du rapport entre les êtres humains.

Pour ceux qui bloquent, pire, qui condamnent, lorsqu'ils rencontrent des Juifs athées ou agnostiques. Comment est-ce possible ? S'émanciper du poids de la religion, tout en puisant sa réflexion, notamment dans l'origine religieuse d'une culture riche et d'une philosophie féconde, permet de décloisonner la pensée, chose la plus urgente à faire en ces temps d'intolérance morale, de repli communautaire et d'exclusion, voire de haine politique. Car lire les textes religieux, ici, la Torah et le Talmud, proposer, et non imposer, une interprétation, en dialectique avec celles d'autrui, n'oblige personne à croire à la main invisible de leur auteur. Des êtres humains successifs, sur des cycles longs, ont écrit pour le genre humain ces paraboles. Elles nous enseignent bien des choses sur la vie des Hommes. C'est un héritage fabuleux, qui n'est le monopole de personne. Nous sommes nombreux à n'y lire qu'une pensée humaine foisonnante et non figée, non dogmatique, en recherche de spiritualité et de lien fraternel. C'est ce qui fait, me semble-t-il, la richesse singulière d'une judaïté laïque et bienveillante pour toute l'humanité.

" A la différence de beaucoup d'autres cosmogonies, le judaïsme n'est pas un dogme: il est une interrogation, non une réponse. D'où l'obsession juive de douter, de ne jamais se contenter d'une affirmation, même du plus lettré des rabbis; de toujours discuter, fût-ce avec Dieu; de refuser de ne lire la Bible qu'au premier degré, mais d'y chercher sans cesse des messages secrets. Avec, chaque fois, une réponse derrière toute question, une question derrière toute réponse. D'ailleurs, dans le Talmud, personne n'a jamais le dernier mot; toute question reste ouverte et renvoie à une autre, à l'infini, sans qu'aucune interprétation ne l'emporte jamais sur les autres ".