Le ciel est vaste mais on en voit qu'une infime partie.

                                 Le  coin de vue          

                                                            A Sarah, ma fille tant aimée !

                                                 

                                                  " Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple

                                                   et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux

                                                     montrer à mes semblables un homme dans toute

                                                    la vérité de la nature; et cet homme ce sera moi. "

 

                                                                  Jean-Jacques Rousseau

>Accueil 

           Ce sont les idées qui doivent débattre entre elles,

          non les personnes qui doivent se battre entre elles !

       

Comme en religion, où "la pureté" règne en maître aux extrêmes, où la radicalité tutoie la volonté de tuer l'Autre, celui qui trahit le message parce qu'il n'est qu'un homme ordinaire, en politique, du zénith au nadir, de l'extrême droite à l'extrême gauche, le même tropisme dogmatique et exclusif exerce un magistère qui ne souffre aucune faiblesse. Il s'agit de cultiver l'instinct de survie contre son semblable, de désigner l'ennemi impur à abattre et de s'ériger en totem, sans tabou. 

             

                       Il y a, en hébreu, une expression qui assigne une tâche à l'Homme, le Tikkun Olam,

                                             la réparation du monde, ne fût-ce qu'un tant soit peu ... (*)

                                                                                            (*) Livre du Zohar, école lourianique de la Kabbale.

>Articles des derniers temps !

 

Rubriques

 

>Rétrospective & Perspective: De quoi la commémoration est-elle le nom ? 13 novembre 2018

>Rétrospective & Perspective: Discours d'Emmanuel Macron à l'Arc de Triomphe ! 11 novembre 2018

>Fenêtre sur jour: L'indignité nationale de Pétain est imprescriptible ! 7 novembre 2018

>Champ & Contre-Champ: Asia Bibi, le malheur d'être femme et chrétienne au Pakistan ! 4 novembre 2018

>Tohu & Bohu: Jean-Luc Mélenchon est la honte des valeurs républicaines ! Le 30 octobre 2018

>Fenêtre sur jour: Pittsburgh, une fusillade dans une synagogue fait 11 morts ! 27 octobre 2018

>Fenêtre sur jour: Les Commanders for Israel's Security (CIS) ouvrent une antenne à Bxl ! 26 octobre 2018

>Rétrospective et Perspective: Le temps des ogres ! 24 octobre 2018.

>Fenêtre sur jour: Belgique: des tags antisémites lors des élections communales ! 15 octobre 2018.

>Champ & Contre-Champ: La Russie doit cesser sa guerre cybernétique aux démocraties ! 5 octobre 2018

>Tohu & Bohu: Le foutoir en marche ? 4 octobre 2018

>Le Son & l'Image: Aznavoice Charles: 1400 chansons, 60 films et mon souvenir ! 1er octobre 2018 

>Béréchit & Incipit: L'Aquarius vient de voir son pavillon dégradé ! 24 septembre 2018

>L'art de vivre: Si Richard Wagner était antisémite, sa musique l'était-elle aussi ? 3 septembre 2018

>Béréchit et Incipit: Est-ce le commencement d'une prise de conscience ? 28 août 2018

>Fenêtre sur jour: Monsanto/Bayer: enough is enough ! 13 août 2018

>Tohu & Bohu: Une affaire d'Etat ou une affaire d'étalage ? 23 juillet 2018

>Fenêtre sur jour: La Flandre méprise la Wallonie ! 24 juin 2018

>Tohu & Bohu: Ping et Pong sont sur un radeau ! 13 juin 2018

>Champ & Contre-Champ: La pensée binaire est incapable d'intégrer la complexité ! 8 juin 2018

>Fenêtre sur jour: A tort et à Travert ! 3 juin 2018

>Jardins secrets: Mémoire de famille: 31 mai 2018

-  Chronique d'une femme peu ordinaire !

-  Soeur courage !

-  De raison et de passion !

>L'art de vivre: L'heure qu'il est et ce qui tourne ! 23 mai 2018

>Rétrospective & Perspective: Le vieux monde résiste et le nouveau est déjà là ! 7 mai 2018

>Je ne fais que passer ...

                                                     Ce n’est pas un problème.

                                                                                  C’est aussi un poème,

                                                                             la vie qui vient et qui s’en va.                   

                                                                            Je me souviens. Je ne sais pas. 

 

Il y a l'égo, celui du temps qui passe. Il y a l'écho, celui du temps passé. Je ne fais pas exception. Je vais mourir. Je n'ai pas peur, si ce n'est la souffrance et la vieillesse. "Mourir, cela n'est rien, mais vieillir ...". Une vie entière à apprivoiser ce qui, dans l'enfance, est réservé aux vieux, à l'adolescence fascine, à l'âge adulte rôde autour de soi plus qu'en soi, jusqu'au moment où l'extinction des autres et surtout des siens, comme une lancinante ritournelle, contamine l'être tout entier. Un travail est nécessaire. Vivre avec. Oui, mais en quelle compagnie ? Je veux dire de quels moyens humains disposer pour, si pas se réjouir, du moins se satisfaire du sort de soi. Nous n'avons que nous. La solitude est une amie qui ne fait pas de cadeau. Elle est ontologique à l'existence. Elle est bienveillante et cruelle. Compagne au long cour, nous gagnons à l'écouter chaque fois que la fureur du monde nous emporte. A l'heure d'écrire ces lignes, j'ai 62 ans et, banalement, je me retourne. Ce fut enchanteur mais également difficile. La naissance, avec l'argent, est le plus injuste des héritages. Son tempo et son lieu sont une loterie dont on ne se remet pas. Naître est un destin que seule l'éducation peut contourner sans l'effacer, elle-même dépendante des circonstances. Double handicap, pour les uns, chance renforcée pour les autres. Quand ai-je pris conscience de la condition humaine, devrais-je écrire de la comédie humaine ? Ou plutôt, quand ai-je appris à prendre conscience du poker menteur qui se joue entre le hasard et la nécessité ? A table, avec des domestiques. Je me souviens. J'avais 12 ans. Le beau-père de ma soeur, Andrée, industriel et châtelain de son état, avait décidé de m'interdire l'accès aux dîners qu'il acceptait d'offrir aux personnes de sa condition. Pendant que ces gens ne refaisaient pas le monde, car il les comblait, attachés à leur rang comme une selle à sa monture, devisant entre deux Haut-Brion, j'apprenais ma leçon de classes, en partageant une assiette de charcuterie avec le personnel de Monsieur: Arnold, le chauffeur, Justine, la femme de chambre de Madame et Marie, la cuisinière joufflue. Ce n'était pas désagréable. Ils étaient gentils et prévenants. Etait-ce parce que j'étais le petit frère de la belle-fille de Monsieur ou parce que je ne leur étais pas tout-à-fait étranger ? A la maison, chez mes parents, bien que d'un milieu de la classe moyenne, nous n'avions ni chauffeur, si ce n'est papa, ni une aussi grande cuisine pour y faire des repas que nous ne mangions pas et y loger trois serviteurs. Ainsi, je découvris que l'argent avait le pouvoir d'acheter des biens, mais encore des personnes et que celles-ci, par la magie d'un ordre qu'on eut dit naturel, en étaient satisfaites. Cette expérience originelle est le marqueur de ma conscience politique. Les années qui suivirent renforcèrent ma conviction que la violence du déterminisme social était insupportable. Je n'ai pas changé, rebelle je fus, rebelle je reste. Toutefois, ma révolte intime, celle qui puise son énergie dans l'expérience de l'humiliation, n'emprunte plus les mêmes chemins. J'ai renoncé depuis longtemps au vocabulaire flamboyant d'une certaine gauche, qui se fait plaisir en ignorant la lucidité. J'ai cessé d'affronter les moulins à vent qui tournaient dans ma tête sans rompre avec la quête. Je n'ai jamais cru à la révolution marxiste. Même communiste, dans mes jeunes années, j'ai combattu cette conception, en dernière analyse, comme ils disent, simpliste et donc totalitaire. Elle réduit l'Homme à sa dimension organique, en oubliant son aspiration légitime au bonheur personnel. Il doit y avoir une issue positive à la cohabitation de l'individu et du collectif. Une autre bataille que je crois gagnable, qui a divisé depuis trop longtemps la gauche et la droite, c'est la conciliation des exigences sociales dues aux travailleurs avec les impératifs économiques des entreprises. A l'aube de la vieillesse, je ne donne mon enthousiasme qu'au respect du réel, sans renoncer à l'aspiration d'un meilleur possible. Je souhaite laisser de mon passage la trace d'un homme qui aura vécu les épisodes contrastés de sa vie avec passion et impatience. Je garde la première, car elle continue à nourrir mes désirs et mes rêves. J'abandonne la seconde, à qui voudra la chevaucher, parce qu'elle ne fait plus sens à mes yeux. Mon chemin est banal, il n'a rien pour attirer l'attention. Mon regard l'est un peu moins. Il intéressera sans doute quelques contemporains passants. Je voudrais qu'il soit lu par mes poursuivants comme un témoignage d'une époque captivante et tragique, comme le furent tant d'autres dans le passé. Mais ce fut la mienne, la nôtre, ce qui la rend singulière. Aussi, ici même, j'ai décidé de coucher sur écran blanc, dans le cyberespace infini et menaçant, une petite partie de l'escapade d'un marcheur inconnu. Lire comme écrire sont des actes d'amour. Chers amies et amis, aimez, mais pas trop tard. 

                                      "Les puissants de ce monde ont besoin de gens désintéressés,

                                   qui leur rappellent d'où ils viennent et quels dangers les guettent. 

                                                              N'oublie pas que tu es mortel !"

                                                                                                Raymond Soubie

                                    "I'll eat my hat if ..."

                                                      Charles Dickens, « The Pickwick Papers », 1837. 

                     Il faut apprendre à manger son chapeau !